Expériences de chimie amusantes, recette de la bière, correspondants Russes et Français

 
 


 
 

METEOet TV

 
 
EXPERIENCES DE CHIMIE
 
 
AVERTISSEMENT
 
 

Je tiens à préciser qu'il est dangereux de mélanger des produits chimiques dont on ne connaît pas les propriétés ; une réaction inattendue, voir dangereuse, peut se produire,
parfois même après un long moment.
De nombreuses personnes sont sorties handicapées ou mortes de ces expériences.

Amusez-vous bien et restez prudents!!!!

 
 
LISTE DES EXPERIENCES
 
 

Formule de la POUDRE A PETARD  O
Auto-inflammation 
O
Brouillard artificiel 
O
Magie : Le sucre qui s'enflamme 
O
Des bulles de savon ENORMES
 
O
La PILE au CITRON 
O
Un liquide orageux
O

Où trouver les produits?

O Aucun danger
O Présence d'un adulte recommandée flammes, produits irritants
O Utilisation de produits corrosifs et risque de brulures
O Expérience très dangeureuse, risque d'explosion, de brûlures grave, d'intoxication.

 

 
 
Formule de la POUDRE A PETARD
 
 

Remarque

Sachez que la fabrication ou l'utilisation de cette poudre est interdite par la loi, présente certains dangers (explosions, brûlure, intoxication...) et ne pourrait engager ma responsabilité.
Matériel
  • Charbon de bois réduit en poudre
  • Soufre également en poudre
  • Nitrate de potassium (engrais en granulé) encore en poudre

Précautions

Attention à la forte chaleur produite, c'est une réaction très vive, il ne faut donc utiliser que de petites quantités.
Il faut la faire brûler dans un endroit dégagé de tous matériaux inflammables.

Méthode et observations

Il existe plusieurs dosages, selon ce qu’on veut faire avec cette poudre, en voici quelques-uns : (les chiffres indiquent un pourcentage en masse)

Dosage Salpêtre Souffre Charbon de bois
Ancienne poudre de guerre
75
12.5
12.5
Poudre de guerre F3
75
10
15
Poudre de chasse
78
10
12
Ordinaire
62
20
18

Vous l'aurez compris, il faut bien mélanger les poudres. voilà c'est prêt.
Il ne reste plus qu'à mettre le feu.
La poudre noire déflagre lorsqu’on l’initie avec une source d’énergie suffisante. Cette source n’a pas besoin d’être très puissante : un simple friction, une petite flamme ou un fil chaud peuvent suffire.
Lorsqu’on dit que la poudre noire déflagre, on sous-entend qu’elle se décompose par combustion. Sa vitesse de déflagration varie selon le type de poudre utilisé (plus ou moins gros grains, leur forme, etc.), elle va de 400 à 800 m/s. Au moment de l’explosion, il y a un flash lumineux, un son puissant, une dense fumée riche en CO se dégage et par la suite, il y a une odeur de souffre qui s’installe. La température au moment de l’explosion peut atteindre un sommet assez impressionnant de 2400°C. Un kilogramme de poudre produit environ 300 litres de gaz.
Vous pouvez utiliser cette poudre pour faire de jolis feux d'artifices en la mélangeant à un métal en poudre ( fer, aluminium,...) pour obtenir des teintes différentes

Complément

C'est la première substance explosive découverte par l’homme, au temps où la chimie n’existait pas et où régnait plutôt l’alchimie.
On retrouve les premières apparitions de la poudre noire chez la civilisation chinoise du Xe siècle de notre ère. Ceux-ci s’en servaient dans des feux d’artifice.
Sa survie aussi prolongée a été possible grâce à son monopole qu’elle a détenu sur les substances explosives jusqu’au XIX e siècle. La venue de la nitroglycérine a presque totalement fait disparaître la poudre à canon.

 
 
Auto-inflammation
 
 

Matériel·

  • Une petite boîte de conserve vide et propre
  • Permanganate de potassium (KMnO4) pulvérisé
  • Glycérol pur (propane-1,2,3-triol)
  • Un compte-gouttes

Précautions

Attention à la forte chaleur produite, c'est une réaction assez vive, il ne faut donc utiliser que de petites quantités.
La boîte de conserve reste brûlante un bon moment. En cas d'urgence pour éteindre les flammes, verser de l'eau froide dans la boîte.
  

Méthode et observations

Faire un petit monticule de poudre de permanganate de potassium au centre de la boîte de conserve.
Ajouter 4 ou 5 gouttes de glycérol (liquide gras, très visqueux) au sommet du tas de poudre.
Au début, rien ne se passe... Au bout de quelques secondes (entre 5 et 40 s), de la fumée se dégage du mélange, puis des flammes violettes apparaissent rapidement.

Remarque : si le permanganate est en paillettes, la réaction se fait attendre (parfois 1/4 h).

Explications

Le permanganate de potassium oxyde le glycérol, très lentement au début, en dégageant une chaleur intense. La chaleur accélère la réaction et le permanganate libère son oxygène plus rapidement.
Le démarrage très lent de la réaction montre bien qu'il est dangereux de mélanger des produits chimiques dont on ne connaît pas les propriétés ; une réaction inattendue, voir dangereuse, peut commencer après un long moment.
La couleur violette des flammes provient de la présence du potassium .

 
 
Brouillard artificiel
 
 

Matériel

  • 1 bécher (1 L)
  • Permanganate de potassium (KMnO4) pulvérisé
  • Eau oxygénée (H2O2)

Précautions

L'eau oxygénée concentrée provoque de graves brûlures à la peau et aux muqueuses. Aussi, la manipulation doit être assistée par un adulte responsable et l'opérateur doit porter des gants et des lunettes de protection. La température du récipient est aussi très élevée, il vaut mieux éviter de saisir le bécher avec des gants de caoutchouc.  

Méthode et observations

Dans le grand bécher, préparer environ 300 mL d'une solution d'eau oxygénée à 20% .
Verser une pincée de permanganate dans le bécher, la réaction est très vive et dégage un épais brouillard blanc qui se dissipe en quelques secondes.
Lorsqu'on agite légèrement le récipient, la réaction reprend, et ceci jusqu'à ce que l'un des réactifs ait totalement disparu.

Explications

Le permanganate de potassium oxyde l'eau oxygénée par une réaction d'oxydo-réduction très exothermique (dégagement important de chaleur).
Sous l'effet de la chaleur, l'eau passe de l'état liquide à l'état gazeux, et cette vapeur d'eau se recondense instantanément en fines gouttelettes d'eau en suspension donnant un brouillard blanc.

 

 
 
Magie : Le sucre qui s'enflamme
 
 

 Matériel

  • 1 sucre
  • Quelques cendres
  • 1 recipient qui ne brule pas (sous-tasse ou plateau en acier)

Précautions

La seul précaution qu'il faut prendre ici, c'est d'éloigner toutes matières inflammables et de faire attention au caramel chaud qui colle à la peau.

Méthode et observations

Mettez un morceau de sucre sur une surface non inflammable (sous-tasse ou plateau acier).

Mettez au defi vos amis de faire en sorte de l'allumer avec une allumette.
I
l est peut probable qu'ils y arrivent, lorqu'ils s'énervent, mettez de la cendre sur le sucre, et approchez une allumette; il se mettra à bruler avec une belle flamme bleue.
Votre public va peut être contester en disant que c'est la cendre qui brûle, mais il n'en est rien.

Explications

La cendre ne brûle pas, elle agit seulement comme catalyseur, c'est à dire qu'elle permet à la combustion du sucre de se produire.

 
 
Des bulles de savon ENORMES
 
 

Matériel

  • Eau déminéralisée
  • Produit vaisselle ou bain moussant ou savon de Marseille
  • Glycerol
  • sucre en poudre ou blanc d'oeuf ou sirop de glucose

Précautions

Rien de particulier. Aucun accident de bulle n'a été recencé à ce jour.

Méthode et observations

Les recettes sont nombreuses. En voici une qui marche bien mais qui peut-être améliorée.
Mélanger 100 mL d'eau avec 12 mL de savon, 1mL de glycerol, 2 cuillère à café de sucre en poudre.

Laisser reposer au moins une nuit.

Explications

Le savon joue le rôle de tensio-actif qui permet aux bulles de prendre forme. Le glycerol est un humectant, le sucre un épaississant.

 
 
La PILE au CITRON
 
 

Remarque

Bien que les phénomènes électriques aient été observés dès l'Antiquité (par frottement d'un morceau d'ambre, elektron en grec, sur de la fourrure) ce n'est que vers 1800 qu'Alessandro Volta (suite aux travaux de Luigi Galvani sur l'électricité animale) réalisa ses premières piles à base de disques métalliques et de solutions salines. Le but de cette manipulation est de réaliser une pile rudimentaire similaire à celles réalisées par Volta

Matériel

  • Un ou deux citrons
  • Un fil ou une fine plaque de cuivre
  • Une vis ou un clou galvanisé (toute la quincaillerie actuelle est galvanisée: cela l'empèche de rouiller) ou une fine plaque de zinc.
  • Facultatif : un morceau de magnésium (en ruban)

Méthode et observations

Plantez le cuivre et le zinc dans un citron.
Votre pile est prête. (simple non!!)
Le cuivre est la borne positive, le zinc est la borne négative.
Cette pile ne fournit qu'une tension de 0.7 volt et un courant très faible (quelques milliampères).
En remplaçant le zinc par du magnésium, la tension est alors de 1.8 volts et le courant toujours aussi faible.
Vous ne pourrez donc faire fonctionner que des appareils qui ne consomment que très peu de courant. (horloge, montre, calculatrice ...)
Pour une montre, il faut une tension de 1.5 volts.
Il faut donc 2 piles (cuivre, zinc), branchées en série, ou une seule pile (cuivre, magnésium) pour la faire fonctionner (voir photo)
.


Ca marche!!!!!! (avec 2 piles cuivre, zinc)

Explications

Cette expérience fait intervenir des phénomènes d'oxydo-réduction qui sont à la base du fonctionnement de toutes les piles.

Précautions

Le citron c'est bon, mais si j'étais vous, j'éviterais de les manger une fois l'expèrience terminée.
Le cuivre et le zinc sont bon pour la santé, mais en régle générale je ne consomme jamais de produits qui ont servi aux expériences de chimie.

 

 
 
Un liquide orageux
 
 

 Matériel

  • Une grande casserole remplie d'eau
  • Gants et lunettes de protection
  • Papier filtre
  • Permanganate de potassium solide
  • Acide sulfurique concentré
  • Ethanol (alcool à bruler ou alcool à 70°)

Précautions

Il est impératif de se munir de lunettes de protection et de gants pendant cette expérience !
L'acide sulfurique est corrosif, et lors de l'ajout de l'alcool il peut y avoir des projections d'acide.
Manipulez dans un endroit ventilé et éloigné de toute source de chaleur (l'alcool est inflammable ainsi que ses vapeurs).

Méthode et observations

Verser avec précaution dans un récipient haut (verre qui résiste à la chaleur), 20 à 30 mL d'acide sulfurique concentré puis très doucement 10 mL d'éthanol.
NB : On doit pouvoir alors distinguer l'interface (surface de séparation) entre les 2 liquides.
Remplir la casserole d'eau ( elle sert à refroidir le mélange si la réaction s'emballe et donc à la stopper.)
Verser quelques paillettes de permanganate de potassium sur un papier filtre puis introduire ces dernières avec précaution dans le récipient contenant le mélange préalablement préparé.
Après quelques instants, on voit un produit vert (l'heptoxyde de dimanganèse) monter vers l'interface puis quelques étincelles. Pour stopper la réaction, plonger l'éprouvette graduée dans la cuve à eau. Pour arrêter définitivement la réaction, le mieux est de diluer, très prudemment, le mélange réactionnel à l'aide d'eau.

Explications

Il y a tout d'abord formation de l'heptoxyde de dimanganèse. C'est un oxydant si puissant qu'il est capable d'oxyder l'éthanol en dioxyde de carbone. Cela se voit et cela s'entend !

 
 
Où trouver les produits? 
 
 

RETOUR A LA LISTE DES EXPERIENCES

Permanganate de potassium (KMnO4) : en pharmacie environ 1 franc le gramme.
Eau oxygénée (H2O2) : en pharmacie.
Nitrate de potassium : en jardinerie, c'est un engrais.
Glycérol : dans certains magasins d'activitées manuelles.

Alcool : en pharmacie.
Acide sulfurique : dans les batteries de voiture ou en droguerie.

Pierron

Adresse postale : 2 rue Gutenberg B. P. 80609 57206 Sarreguemines Cedex
Téléphone 03 87 95 15 92
Télécopie 03 87 95 17 80
Adresse électronique EDUCATION-France@pierron.com
Serveur web www.pierron.com


Sigma Aldrich

Adresse postale : L'Isle d'Abeau Chesnes B. P. 701 38297 Saint Quentin Fallavier Cedex
Téléphone 08 00 21 14 08 (numéro vert)
Télécopie 08 00 03 10 52 (numéro vert)
Adresse électronique fradvsv@eurnotes.sial.com
Serveur web www.sigma-aldrich.com


Acros Organics France

Adresse postale : Immeuble Le Descartes 29 promenade Michel Simon 93166 Noisy-le-grand Cedex
Téléphone 01 43 04 34 64
Télécopie 01 49 31 01 48 Adresse électronique infodesk@be.acros.com Serveur web www.acros.be

RETOUR A LA LISTE DES EXPERIENCES

 
     
 
A SUIVRE...